Je suis responsable technique dans un ERP de types LSY de 2ème catégorie. Nous accueillons régulièrement des écoles pour leurs galas de danse ou spectacle de fin d’année. Les élèves sont de plus en plus nombreux. Certes ils ne sont pas tous en même temps sur scène (seulement quelques minutes au final du spectacle) mais pendant que certains sont sur scène une très grosse partie est en attente dans les locaux adjacents en surnombre et dans des locaux trop petits. Notre but est de les accueillir dans de bonnes conditions de sécurité. Je ne trouve pas grand chose sur lequel m’appuyer pour réduire ce nombre. Pourriez-vous m’aider à trouver ? 

Des travaux vont-être réalisé dans un établissement de type M du 1er groupe situé à l’intérieur d’un groupement d’exploitation. Je réaliserai ces travaux en deux phases. Je ne réalise pas de travaux dangereux et n’apportera pas de gêne à l’exploitation. Toutefois, je m’interroge sur la nature de la palissade à mettre en œuvre entre la partie en rénovation et la partie accessible au public. Il ne semble pas y avoir de texte réglementaire. 

Suite à une intrusion et un cambriolage, nous voudrions sécuriser l’accès à l’immeuble au niveau du parking souterrain. L’accès à l’immeuble se fait par un sas (2 portes coupe feu). L’évacuation du parking se faisant vers l’immeuble, je voudrais savoir s’il est possible de verrouiller la deuxième porte (déverrouillage depuis le sas) afin de sécuriser l’accès à l’immeuble. La première porte (entre le parking et le sas) restera ouverte. 

Je suis syndic bénévole d’une copropriété de garages couverts comprenant uniquement des emplacements de parkings. Cette copropriété est divisée en 2 volumes, le volume 1 (la copropriété située totalement en sous sol) et le volume 2 (la surface supérieure) qui appartient à la commune et est utilisée comme parking public. Nous subissons des infiltrations et le nécessaire a été fait au niveau des assurances aussi bien de la copropriété que de la commune. Certains propriétaires possédants 2 emplacements contigus de parking les ont transformés en box et fermés avec des portes en bois. L’expert de la compagnie d’assurance de la copropriété venu constaté les dégâts causés par les infiltrations a attiré notre attention sur le fait les box fermés avec des portes en bois étaient hors normes et que les compagnies d’assurance n’assureraient aucune indemnisation en cas de sinistre du fait que ces portes sont en matériau inflammable. Malgré de nombreuses recherches, je ne trouve aucun texte relatif à l’interdiction d’installer des portes des box de garage en bois. Merci de votre aide sur ce sujet, je reste à votre disposition si besoin d’informations complémentaires.

Dans le cadre d’un ERP de 5ème catégorie (boutique de PAP), peut-on placer les cabines d’essayage (dont celle PMR) dans une pièce en enfilade si le cheminement pour y accéder est inférieur à 1,20 ? Quelle est la limite de passage ? Y a-t-il des dérogations dans le cadre d’un bâtiment existant ? Peut-il y a voir une porte sur le cheminement ? Sinon faut-il déplacer l’intégralité des cabines afin qu’elles restent ensemble ou peut-on déplacer seulement la PMR ? 

L’exploitant d’un hôtel de 4ème catégorie a installé sur les portes des chambres et des locaux à risques des fermes-portes qui possèdent une position extrême qui maintient les portes ouvertes. Hormis le fait que la fonction de ces équipements est de fermer les portes et non de les maintenir ouvertes, comment est-il possible de démontrer la non-conformité de ces équipements ? 

Nous avons créé un escalier métallique dans le cadre d’une surélévation. Le bâtiment est un R+4 avec duplex mais l’escalier n’est pas encloisonné. Le bureau de contrôle a demandé une stabilité au feu de l’escalier de 30 min vu que la structure de tout le bâtiment est SF 30 min, donc dans le cas d’incendie l’escalier doit aussi tenir 30 min. Mais dans l’arrêté du 30 janvier 1986 je ne trouve pas d’article mentionne la stabilité au feu de la structure de l’escalier.